Your message has been sent, you will be contacted soon

Call Me Now!

Fermer
Accueil » Accompagnement et Relation d'Aide » Aide a la personne : le mythe du secteur porteur ?

Aide a la personne : le mythe du secteur porteur ?

Depuis 2002, le secteur de l’aide a la personne connaissait une croissance régulière malgré un contexte économique fragile. Haut pourvoyeur d’emploi jusqu’en 2011, le nombre d’embauches reculent alors brutalement. Zoom sur les causes et les conséquences de ce recul, et portrait d’un secteur d’activité en mutation…

 Un marché concurrentiel…

Les emplois de gré à gré ou « emploi direct » représentent les 2/3 de l’activité du champ des services à la personne, soit 315 000 équivalents temps plein à l’échelle nationale. Cependant, en 2011, la suppression de l’abattement de 15 points, du taux de cotisation patronale sur la déclaration des salaires au réel, entraîne une première vague de recul pour les emplois de « gré à gré ». En 2013, la suppression de l’option de déclaration des salaires au forfait, qui réduisait significativement les charges sociales dues par l’employeur, renforce ce phénomène.

Dès 2010, l’activité recule également pour les entreprises et associations du secteur. Le nombre d’usagers augmente, la demande est toujours présente, mais la multiplication des structures au cours de la première décennie des années 2000 a contribué à la définition d’un rude marché concurrentiel dans  un contexte économique difficile.

Ces réformes et mutations ont donc un impact direct sur le nombre d’embauche… alors que le besoin lui, est toujours réel, notamment pour deux types d’usager :

  • Les familles ayant recourt à des services d’entretien du logement ou de garde d’enfant. Auparavant associés aux familles aisés, les foyers les plus modestes ont de en plus souvent recourt à ces services pour pouvoir mener de front activité salariale et vie familiale.
  • Les personnes dépendantes ou en perte d’autonomie.

Émergence du travail « au gris » …

Dans ce contexte, les employeurs ont développé des stratégies pour répondre à des besoins réels, tout en réduisant les coûts. Le travail au noir est une pratique malheureusement courante dans le secteur de l’aide a la personne et plus particulièrement dans le cadre de l’emploi direct. Entre 2008 et 2013, le nombre de personnes déclarant avoir fait appel aux services d’une personne à son domicile sans la déclarer a doublé, passant de 7 à 14 % des interrogés. Mais c’est surtout l’émergence du « travail au gris » qui alerte (situation dans laquelle l’employeur ne déclare plus qu’une partie seulement des heures de travail effectuées) puisque la proportion est passée de 1% à 19 % des interrogés. Cette émergence coïncide avec les réformes fiscales ayant impacté de 12% le coût moyen du salariat dans le secteur des services à la personne. Cette pratique est surtout liée à la représentation qu’ont les employeurs de cette réforme, 6 % des employeurs pensent , à tort, que tous les avantages fiscaux ont été supprimés…

Dans ce contexte en tension, les emplois semblent fragiles dans ce secteur, et il est simple de conclure que ce secteur n’est pas réellement « porteur »… à tort !

 Un nouvel élan et de nouveaux besoins en compétences…

En effet, l’enquête des besoins en main d’œuvre conduit par le Pôle Emploi place ce secteur en bonne position des secteurs qui recrutent en 2014. Le soutien accru des pouvoirs publics aux activités de services à la personne, le vieillissement de la population et les efforts de maintien à domicile, contribuent à ce nouvel élan, et laissent présager une augmentation constante des embauches de personnels diplômés dans les entreprises et associations du secteur à l’horizon 2020.

Par ailleurs, l’analyse des besoins dans le secteur des services à la personne permet de repérer une évolution des compétences recherchées (26% des employeurs déclarent un besoin en « nouvelles compétences ») qui pourront en partie être compensées par le recrutement de personnel formé. Malgré ce taux important de projet en recrutement, les employeurs du secteur connaissent simultanément des difficultés de recrutement, liées principalement aux profils inadaptés des candidats (motivation, qualification, expérience) et au déficit d’image dont souffrent les métiers du secteur.

Les métiers du domicile, longtemps considérés comme des « métiers de bon sens » voient leurs exigences évoluer, le public accompagné changer… Les employeurs du secteur, associations, entreprises, collectivités et particuliers peinent à trouver des personnes qualifiées pour accompagner, au domicile, des personnes fragiles, de plus en plus nombreuse dans le cadre des politiques de maintien à domicile…

Aide a la personne – FORMA SANTÉ vous accompagne :

Associations et entreprises : nous vous accompagnons dans la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, la formation : un moyen de faire monter en compétences vos salariés en poste pour répondre à l’évolution des besoins des usagers.

Salarié du particulier employeur : ensemble, agissons pour faire reculer le travail au gris, contribuons à la responsabilisation de l’employeur et celle du salarié. Participez aux modules de formation continue sur la réglementation, la gestion de l’activité multi employeur, le droit du travail…

Demandeur d’emploi : former vous à un métier qui recrute. Pour bien choisir votre diplôme, consulter notre précédent article : http://blog.formasante.fr/formation-aide-a-la-personne/
Sources :

  • (1) Acoss – Stat N° 189 Les particuliers employeurs au quatrième trimestre 2013 ; Acoss – Stat N° 185 Les particuliers employeurs au troisième trimestre 2013 ; Les particuliers employeurs en 2012 : le repli de l’emploi à domicile s’étend à la garde d’enfant, Acoss Stat n°184, décembre 2013.
  • (2) Services à la personne constat et enjeux – Commissariat général à la stratégie et à la prospective- septembre 2013- H Garner et F Lainé
  • (3) Plan pour les métiers de l’autonomie Document de Concertation – rapport préparatoire à la loi d’adaptation de la société au vieillissement – sous la direction du premier ministre.
  • (4) Rapport de la branche des salariés du particulier employeur – 2014 – Dirigé par l’Observatoire de la FEPEM – Centre d’études et de prospective de la fédération des particuliers employeurs.
  • Le baromètre des emplois de la famille N° 8 Mars 2014 Dirigé par l’Observatoire de la FEPEM – Centre d’études et de prospective de la fédération des particuliers employeurs)
Partager
Facebook Twitter Email Linkedin Viadeo

Étiquettes:

One Comment

  1. Marie

    Bonjour, je souhaiterais passer le diplôme d’ADVF par correspondance. j’aimerais savoir si cela vos le coût de tenter cette formation par correspondance, au vue du grand nombre de pratique à apprendre, il y’aura également des vidéos des pratiques ainsi que des stages à effectuer. J’ai également déjà trouver le centre de formation. Durant cette formation je vais donner le meilleur de moi-même, j’aimerais avoir des renseignements. Merci d’avance

Laissez un commentaire