Your message has been sent, you will be contacted soon

Call Me Now!

Fermer
Accueil » Hygiène, Hôtellerie, Restauration » Agent bio nettoyage hospitalier : l’art et la manière de prendre soin

Agent bio nettoyage hospitalier : l’art et la manière de prendre soin

S’adapter aux différentes missions qui lui sont demandées : le respect des règles d’hygiène et des protocoles de nettoyage est primordial pour exercer le métier d’agent bio nettoyage hospitalier. Cela suppose de la connaissance technique, de la rigueur et de la précision dans les gestes, c’est un acteur clé de la lutte contre les infections et plus précisément nosocomiales. Voilà ce que, globalement nous renseigne la fiche métier de l’agent bio nettoyage hospitalier.

Mais doit-on seulement se limiter à ces qualités techniques ?  Ce personnel ne doit-il pas adapter sa pratique professionnelle, son comportement, sa communication verbale ou non verbale à des situations critiques dans son domaine de compétences ? Identifier, analyser, prioriser, synthétiser, voire transmettre les informations qui lui sont données ou ressenties ? Mesure t-on son importance auprès des services de soins ? Une césure allant à l’inverse d’une politique globale de qualité pour la prise en charge des accueillis, valorisante d’un côté et non gratifiante de l’autre peut aller à l’inverse de l’efficacité et coûter cher aux structures !

Forma Santé se propose de vous aider à construire une équipe à part entière et de donner un sens au métier d’agent bio nettoyage hospitalier dans le soin.

 Un enjeu de santé publique

Les progrès de la médecine d’aujourd’hui ont amené les hôpitaux et les lieux de soins et de vie à s’organiser pour lutter contre les 800 000 contaminations annuelles dites « infections nosocomiales » déclarées en France. Pour agir contre ce fléau mettant en danger notre santé publique, la prévention constitue le principal élément de lutte. Le Bio nettoyage est un élément indispensable. Cependant, ce savoir faire pouvant garantir la qualité et la sécurité des soins, est aujourd’hui encore peu répandu, puisque 20 à 30% des infections nosocomiales seraient évitables (source du Ministère de la Santé).

Que nous manque t-il ?

Un procédé technique de qualité adapté aux besoins

Loin d’être facile et purement intendant, le métier d’agent bio nettoyage hospitalier demande des « savoir » essentiels. Les équipes de Bio nettoyage doivent connaître ce qui nous entoure depuis longtemps : le monde microbien et son fonctionnement ; être formées pour la bonne utilisation et le respect du matériel (coûts, outils, produits utilisés, procédés…) tout en ayant des connaissances sur les sources de contaminations et les incidences sur la personne accueillie. Le personnel doit comprendre pourquoi travailler de cette façon et être capable de trouver des solutions en cas d’imprévus, savoir analyser ses pratiques.

Une bonne coordination d’intervention est également indispensable pour être efficace, sans perte de temps. Savoir adapter son travail aux besoins du moment même en cas d’imprévus ou de priorités, fait partie du savoir faire en Bio nettoyage.

Pouvons-nous nous contenter de cette organisation ?

 Le respect des accueillis et accueillants par un travail pluridisciplinaire

Le ressenti des personnes hébergées ou hospitalisées est important pour obtenir une meilleure prise en charge sécuritaire, favorisant la qualité des soins.

Bien souvent les équipes de Bio nettoyage ne sont pas informées des entrées prévues et mouvements de sorties ponctuelles ou définitives, voire des dangers de contamination (isolement septique). Elles sont exclues du « savoir » des équipes soignantes. Elles n’ont qu’une trame de travail, planifiée par chambre et par local. Cette activité programmée par avance, sans trop de communication avec les équipes de soins, engendre un travail par habitude, sans réflexion, quelques fois désordonné, dispersé, sans connaissance de ses limites, excluant, de fait, la sécurité et la qualité des soins au sens propre du terme.

Indépendamment du risque infectieux, les agents ont un sentiment d’inutilité (fonction purement logistique) et ne trouvent pas la place qu’ils souhaiteraient trouver auprès du reste des équipes mais aussi auprès des accueillis.

Tout d’abord, donnons la possibilité au personnel de pouvoir connaître les différents publics aidés : les personnes les plus vulnérables, le processus et les conséquences (physiologiques, organiques et psychologiques) du vieillissement, le ressenti des personnes hospitalisées (dominant/dominé de part la douleur, la position allongée, dénudée…) et les mécanismes de défenses du corps humain.

Dans un second temps, mettons en place des moyens de communication, d’information, de transmission pertinente entre les différents intervenants tout en respectant le secret médical et l’identité des personnes concernées.

Cette symbiose donnera toute la crédibilité et la place de chaque équipe. C’est la clef de la réussite et de l’efficacité dans le respect et le bien être de chacun.

De part cette organisation, les « soignés » auront moins d’appréhension et de résistance (quelques fois violentes…) pour le soin, donc moins d’incidences au niveau de l’entretien, entre autre, de la chambre. De plus, avoir confiance favorise une guérison plus rapide, moins stressante et moins douloureuse. Les différentes équipes auront plus de facilité pour faire leur métier, engendrant un climat social plus serein où l’institution aura moins de dépenses de toutes sortes à prévoir (médicaments, bilans sanguins, examens, consultations, remplacement du turn over, matériels…).

 Des valeurs ajoutées retrouvées

La lutte contre les infections nosocomiales et autres dangers de transmissions sanitaires nécessite d’avoir un outil incontournable : le Bio nettoyage.

Au-delà des exigences réglementaires, il participe à la qualité des soins, au confort et respect du patient, du résident, du personnel, tout en valorisant l’image de l’établissement.

Avoir une structure qui est accueillante, qui est propre et qui sente bon, où le personnel est disponible, à l’écoute avec empathie, font de celui-ci un atout de taille : une vitrine rassurante, de confiance et de qualité.

Pour ce faire allons plus loin avec :

  • Des équipes unies et moins sectorisées.
  • Un meilleur confort par une  prise en charge globale de la population.
  • Une bonne réputation de l’établissement.
  • Une favorable classification par résultats dans la presse.
  • Une rentabilité…

Autant de résultats gagnants pour l’accès aux soins pour tous, qui redonnent un sens au Bio nettoyage : le premier soin, un socle incontournable !

photo_pascale_juchereau_2Cet article a été rédigé par Pascale CROSNIER (cf. photo ci-contre), notre formatrice sur la thématique « L’hygiène de l’environnement, bio-nettoyage ».

Si vous souhaitez en connaître davantage sur cette formation, n’hésitez pas à nous contacter.

 

 

 

Partager
Facebook Twitter Email Linkedin Viadeo

Étiquettes:

Laissez un commentaire